When

6th to 8th November, 2015 08:00 am - 11:00 pm

Website: 40e congrès annuel de la SQEBC

Where

Université Laval
Pavillon Alexandre-Vachon
1045 avenue de la Médecine
Université Laval, Québec, QC
G1V 0A6
See map

Subscribe & Share

Download   Sessions   Featuring   Grid   List

Friday, 6th November 2015

Time DKN 1C VCH Hall [Cafétéria]
6:00 pm   Inscription et accueil 1
by SQEBC
View Details Attend
 Attend Link

Inscription et accueil 1

Inscription et accueil 1
Présentez-vous aux bureaux d'accueil au pavillon Alexandre-Vachon (VCH) pour confirmer votre arrivée et obtenir votre cocarde.

By:
SQEBC
November 6, 2015, 6:00 pm to 8:20 pm
Hall: VCH Hall [Cafétéria] Type: Inscription et accueil
6:10 pm  
6:20 pm  
6:30 pm  
6:40 pm  
6:50 pm  
7:00 pm Mot de bienvenue
by SQEBC
View Details Attend
 Attend Link

Mot de bienvenue

Mot de bienvenue

By:
SQEBC
November 6, 2015, 7:00 pm to 7:10 pm
Hall: DKN 1C Type: Inscription et accueil
7:10 pm L’Arctique en pleine mutation: perte de refuges contre des ennemis naturels?
by **Joël Bêty**
View Details Attend
 Attend Link

L’Arctique en pleine mutation: perte de refuges contre des ennemis naturels?

By:
**Joël Bêty**
November 6, 2015, 7:10 pm to 8:20 pm
Hall: DKN 1C Type: Conférence plénière
7:20 pm
7:30 pm
7:40 pm
7:50 pm
8:00 pm
8:10 pm
8:20 pm   Vin d'honneur
by SQEBC
View Details Attend
 Attend Link

Vin d'honneur

Vin d'honneur
Le vin d'honneur sera servi au hall du pavillon Alexandre-Vachon qui se situe dans l'agora.

By:
SQEBC
November 6, 2015, 8:20 pm to 10:30 pm
Hall: VCH Hall [Cafétéria] Type: Inscription et accueil
8:30 pm  
8:40 pm  
8:50 pm  
9:00 pm  
9:10 pm  
9:20 pm  
9:30 pm  
9:40 pm  
9:50 pm  
10:00 pm  
10:10 pm  
10:20 pm  

Saturday, 7th November 2015

Time VCH 2830 VCH 2840 VCH 2860 VCH 2870 VCH 2850 VCH Hall des salles 2800 DKN Hall vitré
8:00 am           Inscription et accueil 2
by SQEBC
View Details Attend
 Attend Link

Inscription et accueil 2

Veuillez vous présenter aux bureaux d'inscription qui seront installés dans le Hall des locaux 2800 (2e étage, pavillon Alexandre-Vachon).

By:
SQEBC
November 7, 2015, 8:00 am to 10:50 am
Hall: VCH Hall des salles 2800 Type: Inscription et accueil
 
8:10 am            
8:20 am            
8:30 am            
8:40 am            
8:50 am            
9:00 am         Fear and loathing in food webs
by **Evan Preisser**
View Details Attend
 Attend Link

Fear and loathing in food webs

While ecologists have long recognized the importance of predation in structuring food web interactions, the indirect and non-lethal effects that accompany predator-prey encounters have received far less attention. This talk explores the rise of predator-mediated indirect interactions as a integral component of ecological thinking, and addresses both the origin of nonconsumptive effects and their potential to change our perceptions of food web structure.

By:
**Evan Preisser**
November 7, 2015, 9:00 am to 10:00 am
Hall: VCH 2850 Type: Conférence plénière
 
9:10 am          
9:20 am          
9:30 am          
9:40 am          
9:50 am          
10:00 am         Pause Café  
10:10 am          
10:20 am          
10:30 am         Life and death in dynamic landscapes: a new world order?
by **Fiona Schmiegelow**
View Details Attend
 Attend Link

Life and death in dynamic landscapes: a new world order?

By:
**Fiona Schmiegelow**
November 7, 2015, 10:30 am to 11:30 am
Hall: VCH 2850 Type: Conférence plénière
 
10:40 am          
10:50 am            
11:00 am            
11:10 am            
11:20 am            
11:30 am         Dîner/Lunch (Libre)    
11:40 am            
11:50 am            
12:00 pm            
12:10 pm            
12:20 pm            
12:30 pm            
12:40 pm            
12:50 pm            
1:00 pm Effets de l'élagage des arbres sur la sélection des sites de nidification des oiseaux migrateurs en milieu urbain dans la région de Montréal
by **Nathalie Gendron**, Pierre Drapeau, Virginie Angers
View Details Attend
 Attend Link

Effets de l'élagage des arbres sur la sélection des sites de nidification des oiseaux migrateurs en milieu urbain dans la région de Montréal

Les arbres de ville, souvent localisés près des réseaux de distribution d’électricité, nécessitent un élagage régulier dans le but de protéger les fils, transformant ainsi l’habitat des oiseaux. Nous avons voulu savoir si cette modification avait une incidence sur la sélection des arbres comme sites de nidification. Une recherche de nids d’oiseaux a été effectuée dans des arbres élagués et non élagués. Au moyen d’analyses discriminantes sur différentes caractéristiques des arbres (hauteur totale, grandeur de la couronne, l’essence, nombre d’années de croissance suivant l’élagage, statut élagué ou non, type d’élagage), nous avons constaté que l’essence des arbres revenait plus régulièrement comme facteur d’influence pour le choix d’arbre. En fait, la plupart des oiseaux ne sont pas influencés par l’élagage. Ils installent de préférence leur nid en périphérie de l’arbre, un secteur peu susceptible d’être dérangé par les travaux de maintenance. Seuls les oiseaux construisant de grands nids sont attirés par un arbre élagué dans lequel ils installent leur nid souvent dans l’ouverture créée par l’élagage, sur des rejets. Ceux-ci deviennent donc susceptibles d’être dérangées par les prochains travaux de maintenance.

By:
**Nathalie Gendron**, Pierre Drapeau, Virginie Angers
November 7, 2015, 1:00 pm to 1:20 pm
Hall: VCH 2830 Type: Sélection d habitat CH St Laurent
Succès reproducteur des mâles kangourous
by **Marco Festa-Bianchet**, Dany Garant, Elise Rioux-Paquette, Graeme Coulson
View Details Attend
 Attend Link

Succès reproducteur des mâles kangourous

Understanding sexual selection requires adequate measures of reproductive success. Reliable data on male reproductive success are available for very few wild mammals. We assessed the distribution of paternities in two populations of a marsupial with strong sexual dimorphism, the eastern grey kangaroos (Macropus giganteus). Over five years, we assigned fathers to 356 juveniles, or 79% of those with known mother. We found a relatively weak mating skew and the most successful males did not monopolize a large fraction of paternities. Nearly half of the adult males we monitored fathered at least one young. Considering the strong sexual dimorphism, long breeding season and strong male dominance hierarchy, our results suggest an unexpectedly low reproductive skew. The smallest father weighed 40% less than the heaviest one. Skew in eastern grey kangaroos is weaker than that estimated for other species with lower sexual size dimorphism. We found substantial year-to-year variability in reproductive skew. Because male mating success varies according to the characteristics of competitors and the distribution of breeding opportunities, multiple years of monitoring are required to obtain reliable estimates. In the absence of data on paternity, strong sexual dimorphism cannot be assumed to imply high polygyny and strong sexual selection.

By:
**Marco Festa-Bianchet**, Dany Garant, Elise Rioux-Paquette, Graeme Coulson
November 7, 2015, 1:00 pm to 1:20 pm
Hall: VCH 2840 Type: Sélection sexuelle et reproduction CH Garant
L’humain comme médiateur de conflit sexuel chez un grand prédateur
by **Martin Leclerc**, Andreas Zedrosser, Fanie Pelletier, Jon Swenson, Jonas Kindberg, Sam Steyaert, Sven Brunberg
View Details Attend
 Attend Link

L’humain comme médiateur de conflit sexuel chez un grand prédateur

Dans un système prédateur-proie, la proie peut anticiper la sélection d’habitat de son prédateur principal et se jumeler spatialement au prédateur de son prédateur (un associé protecteur) afin de bénéficier d’une réduction du risque de prédation. Des mécanismes similaires devraient avoir évolué dans les systèmes où les conflits sexuels influence la survie. Nous avons évalué la relation entre la survie et la sélection d’habitat dans un système où l’infanticide sexuellement sélectionné influence la survie juvénile. Nous avons utilisé l’ours brun (Ursus arctos) scandinave comme modèle d’étude et utilisé des fonctions de sélection des ressources pour contraster la sélection d’habitat des femelles qui ont réussi (N = 19) ou échoué (N = 11) à garder leurs oursons pendant la période de reproduction (2005-2012). La survie des oursons était reliée à la sélection d’habitat de leur mère. Les mères qui ont réussi à garder leurs oursons ont utilisé la présence humaine comme associé protecteur, tandis que les mères qui ont échoué à garder leurs oursons ont évité les humains. Nous résultats suggèrent que les principes des systèmes prédateur-proie peuvent être appliqués à des contextes plus larges comme celui des conflits sexuels.

By:
**Martin Leclerc**, Andreas Zedrosser, Fanie Pelletier, Jon Swenson, Jonas Kindberg, Sam Steyaert, Sven Brunberg
November 7, 2015, 1:00 pm to 1:20 pm
Hall: VCH 2860 Type: Paysage de la peur CH Bélisle
Le syndrome de train de vie diffère selon l’habitat chez la mésange bleue corse (Cyanistes caeruleus)
by **Gabrielle Dubuc-Messier**, Anne Charmantier, Denis Réale, Phillippe Perret
View Details Attend
 Attend Link

Le syndrome de train de vie diffère selon l’habitat chez la mésange bleue corse (Cyanistes caeruleus)

L’hétérogénéité environnementale peut entrainer une variation spatiale des pressions de sélection et ainsi favoriser la formation d’adaptations locales. L’hypothèse du syndrome de train de vie prédit que l’hétérogénéité environnementale produira différentes covariances entre des traits d’histoire de vie et des traits de personnalité chez des organismes qui vivent dans différents habitats parce que ces traits ont co-évolué en fonction des conditions locales. L’objectif de cette étude est de tester cette hypothèse en comparant le sens et la force des corrélations entre des traits d’histoire de vie (date de ponte et taille de ponte) et des traits de personnalité (patron d’exploration et docilité) entre trois populations de mésanges bleues (Cyanistes caeruleus, Corse, France). Ces populations sont situées dans différents contextes écologiques (abondance de nourriture, densité, prévalence des parasites, etc.). Tel qu’attendu, nous avons trouvé différentes corrélations entre les traits d’histoire de vie et les traits de personnalité chez ces populations. Nos résultats sont en accord avec l’hypothèse du syndrome de train de vie et suggèrent que les corrélations observées sont des adaptations aux conditions environnementales locales de chacune des populations.

By:
**Gabrielle Dubuc-Messier**, Anne Charmantier, Denis Réale, Phillippe Perret
November 7, 2015, 1:00 pm to 1:20 pm
Hall: VCH 2870 Type: Traits et histoire de vie CH Desrochers
     
1:10 pm      
1:20 pm La sélection d'habitat chez le caribou montagnard des monts Torngat
by **Édouard Bélanger**, Steeve Côté
View Details Attend
 Attend Link

La sélection d'habitat chez le caribou montagnard des monts Torngat

Plusieurs populations de caribous et rennes (Rangifer tarandus) sont présentement en déclin. Les raisons de ce déclin sont principalement de nature anthropique, incluant les changements climatiques, la perte d’habitat et les développements industriels. Le caribou montagnard des monts Torngat situé dans le nord du Québec et du labrador connait présentement un déclin rapide. Peu d’études ont examiné les raisons de ce déclin et l’utilisation de l’espace et la sélection d’habitat de cette population sont méconnues. À l’aide de 35 caribous adultes munis de colliers ARGOS et GPS, nous avons évalué la sélection des ressources de cette population. Plus spécifiquement, nous avons déterminé la probabilité d’utilisation de différents habitats et caractéristiques topographiques à une échelle intermédiaire (rayon de 1km autour des localisations) selon différentes saisons. Nous avons trouvé que la sélection est principalement déterminé par a) l’accessibilité des ressources alimentaires en hiver, b) les caractéristiques topographiques et l’évitement de la neige avant la mise bas, c) l’évitement des insectes et de la neige en été, d) la sélection des prairies arctiques et de basse altitude en saison de reproduction. Les caribous ne semblent pas avoir de forte préférence d’habitats et des caractéristiques topographiques en automne. Le modèle pour la saison de mise bas ne fut pas validé par la méthode de validation croisée k-fold. Ces connaissances aideront à déterminer des aires de protection pour favoriser le rétablissement du caribou des monts Torngat.

By:
**Édouard Bélanger**, Steeve Côté
November 7, 2015, 1:20 pm to 1:40 pm
Hall: VCH 2830 Type: Sélection d habitat CH St Laurent
Let’s talk dirty : L’influence du paysage sur le comportement adultère chez l’Hirondelle bicolore (Tachycineta bicolor)
by **Geneviève Coudé**, Marc Bélisle
View Details Attend
 Attend Link

Let’s talk dirty : L’influence du paysage sur le comportement adultère chez l’Hirondelle bicolore (Tachycineta bicolor)

Les coûts associés à la recherche de partenaires sont considérés comme étant des éléments déterminants pour la sélection sexuelle et les stratégies d’appariement. Or, la structure du paysage a le potentiel d’influencer le choix de partenaires en modulant la répartition de ces derniers et les coûts de déplacement. Cette hypothèse a été testée en étudiant les patrons de paternité hors couple d’une population d’hirondelle bicolore (Tachycineta bicolor), une espèce d’oiseau dont les populations sont en déclin (5%/an) depuis plus de 30 ans dans le sud du Québec. À cette fin, des fonctions de coûts et de résistances issues de la théorie des circuits et quantifiant la connectivité fonctionnelle du paysage entre les nids des partenaires potentiels ont été utilisées via le logiciel Circuit Scape. À la lumière des analyses, la probabilité d’un mâle de produire des jeunes hors couple dans une nichée donnée dépend uniquement de l’effet de dilution dû à la densité de compétiteurs. Le nombre de pères génétiques non-locaux ainsi que le nombre de jeunes produits par ces derniers pour une couvée sont quant à eux négativement corrélés aux coûts de déplacement, mais augmentent avec la densité de partenaires potentiels et l’intensité du parasitisme sur les mâles locaux.

By:
**Geneviève Coudé**, Marc Bélisle
November 7, 2015, 1:20 pm to 1:40 pm
Hall: VCH 2840 Type: Sélection sexuelle et reproduction CH Garant
Le paysage de la peur en milieu agricole, un outil de gestion pour la grande oie des neiges (Chen caerulescens atlantica) ?
by **Pierre-Alexandre Dumas**, Marc Bélisle
View Details Attend
 Attend Link

Le paysage de la peur en milieu agricole, un outil de gestion pour la grande oie des neiges (Chen caerulescens atlantica) ?

Le paysage de la peur modifie le comportement de certaines espèces, que ce soit au niveau des budgets d’activité ou encore de l’utilisation de l’habitat. En milieux anthropiques, l’homme est responsable d’une grande part de la prédation effectuée sur différents animaux, dont la grande oie des neiges lorsqu’elle fait halte dans la vallée du Saint-Laurent. Le rôle prépondérant de l’homme en tant que prédateur de cette espèce simplifie beaucoup l’étude du paysage de la peur pour celle-ci. De plus, il laisse entrevoir la possibilité de gérer cet oiseau, qui cause des dommages aux cultures, par ses effets directs et indirects sur les populations. Durant trois migrations, nous avons parcouru les basses-terres du Saint-Laurent pour faire des observations comportementales sur des groupes d’oies en alimentation. La vigilance des individus ne semblait pas affectée par la proximité des structures utilisées par les chasseurs, tels que les milieux boisés et les fossés. Par contre, les oies semblaient contrer les zones à haut risque de prédation en utilisant des zones d’alimentation plus sécuritaires en se positionnant loin des structures qui pourraient dissimuler davantage les chasseurs tels que les forêts et les fossés.

By:
**Pierre-Alexandre Dumas**, Marc Bélisle
November 7, 2015, 1:20 pm to 1:40 pm
Hall: VCH 2860 Type: Paysage de la peur CH Bélisle
Question de timing : influence des conditions météorologiques et climatiques sur les dates de naissance du mouflon d’Amérique
by **Limoilou-Amélie Renaud**, Fanie Pelletier, Marco Festa-Bianchet
View Details Attend
 Attend Link

Question de timing : influence des conditions météorologiques et climatiques sur les dates de naissance du mouflon d’Amérique

Un organisme vivant en milieu tempéré, alpin ou arctique qui nait tardivement subit un bien mauvais départ, car il va manquer une partie de la courte saison estivale pour emmagasiner suffisamment de ressources avant l’hiver. Chez le mouflon (Ovis canadensis), un agneau mâle né après la mi-juillet risque de ne pas survivre jusqu’à l’âge d’un an. L’objectif général de ce projet est d’explorer l’influence relative des variables maternelles, météorologiques et climatiques sur les dates de naissance des agneaux. Je m’intéresse à la capacité des brebis à ajuster la période de mise-bas aux changements météorologiques et climatiques tant d’un point de vue populationnel qu’individuel. Des analyses préliminaires effectuées sur 20 ans à Ram Mountain, Alberta, suggèrent que les variables météorologiques locales ont une influence significative sur les dates de naissance. Des températures estivales plus chaudes résultent en un devancement des dates de naissance, tandis qu’une augmentation de la neige tombée au printemps les retarde. La capacité des brebis à s’adapter aux changements rapides de l’environnement pourrait s’expliquer par la plasticité phénotypique, c’est-à-dire l’expression de plusieurs phénotypes par un seul génotype. Les conséquences sur la survie et la reproduction futures de la progéniture seront analysées prochainement.

By:
**Limoilou-Amélie Renaud**, Fanie Pelletier, Marco Festa-Bianchet
November 7, 2015, 1:20 pm to 1:40 pm
Hall: VCH 2870 Type: Traits et histoire de vie CH Desrochers
     
1:30 pm      
1:40 pm Where to spend the winter? How intraspecific competition determines the selection of wintering areas for migratory caribou
by **Mael Le Corre**, Christian Dussault, Steeve Côté
View Details Attend
 Attend Link

Where to spend the winter? How intraspecific competition determines the selection of wintering areas for migratory caribou

Migratory caribou perform long migrations to follow seasonal changes in resource abundance and reduce predation risk. Due to climate change, they face changes in their habitat such as in snow cover or resource availability that could affect the patterns of migration. Fall migration patterns of the caribou from the Rivière-George (RGH) and Rivière-aux-Feuilles (RFH) herds have varied greatly during the last decades, and individuals may migrate toward four different winter ranges. In the meantime, both herds have shown large fluctuations in their abundance. We aimed to understand the effect of environmental factors and changes in population size on the fall migration patterns. We used a random forests analysis to assess how climate, resources and population size affect the decision of individuals to migrate toward the different winter ranges. Our results revealed a main effect of the population size of both herds and suggest intra and inter-herd competition for winter ranges. Migrations of RGH toward the farthest ranges also used by RFH, on the western part of the study area, were favored when the herd was abundant. Migrations of RFH toward the south-western winter range increased as RGH declined, possibly because the presence of RGH on this range prevented access by caribou from RFH. Understanding variations in patterns of migration is essential to protect caribou and our study help to assess which factors affect migration.

By:
**Mael Le Corre**, Christian Dussault, Steeve Côté
November 7, 2015, 1:40 pm to 2:00 pm
Hall: VCH 2830 Type: Sélection d habitat CH St Laurent
Succès paternel et allocation au sexe chez le mouflon des Rocheuses
by **Mathieu Douhard**, David W. Coltman, Fanie Pelletier, Marco Festa-Bianchet
View Details Attend
 Attend Link

Succès paternel et allocation au sexe chez le mouflon des Rocheuses

Parents should bias sex allocation toward offspring of the sex most likely to provide higher fitness returns. Trivers and Willard proposed that for polygynous mammals, mothers should adjust offspring sex according to their own body condition, but the possibility that fathers may influence offspring sex has seldom been considered. Furthermore, if paternal effects varied with offspring sex, mothers may adaptively adjust allocation of resources to sons and daughters based on sire characteristics. Here we present evidence that males play an important role in sex allocation in a wild population of bighorn sheep (Ovis canadensis). Females fertilized by less successful males produced more daughters (62%) than sons (38%). Females mated to the most successful males produced an even lamb sex ratio. Females fertilized by relatively unsuccessful sires allocated more energy during lactation to daughters than to sons, while the opposite occurred for females fertilized by successful sires. These patterns appear adaptive because paternal reproductive success reduced the fitness of daughters and increased the average annual weaning success of sons. Our results illustrate that sex allocation can be driven by paternal phenotype rather than maternal condition, with profound influences on the strength of sexual selection and on conflicts of interest between parents.

By:
**Mathieu Douhard**, David W. Coltman, Fanie Pelletier, Marco Festa-Bianchet
November 7, 2015, 1:40 pm to 2:00 pm
Hall: VCH 2840 Type: Sélection sexuelle et reproduction CH Garant
La vulnérabilité du caribou migrateur à la chasse sportive dépend-elle des chasseurs ou des caractéristiques de l’habitat?
by **Sabrina Plante**, Christian Dussault, Steeve Côté
View Details Attend
 Attend Link

La vulnérabilité du caribou migrateur à la chasse sportive dépend-elle des chasseurs ou des caractéristiques de l’habitat?

Les perturbations humaines ont été suggérées comme l’une des principales causes du déclin des populations de caribou et de rennes (Rangifer tarandus) en régions boréales et arctiques. La chasse sportive est toutefois rarement considérée dans les études d’impacts, malgré qu’elle ait des effets sur la survie et la sélection d’habitat du gibier. Notre étude visait à identifier les facteurs de vulnérabilité du caribou du troupeau de la Rivière-aux-Feuilles à la chasse sportive. Nous avons déterminé le patron de sélection d’habitat des caribous en fonction de la proximité aux infrastructures humaines et du type de couvert de végétation pour la période 1997-2015. Avec la même approche, nous a avons décrit le patron de sélection d’habitat des chasseurs pour la période 2013-2015. Nous avons ensuite prédit la probabilité de cooccurrence caribous-chasseurs sur le territoire de chasse. Nous avons finalement testé l’importance relative de la cooccurrence caribous-chasseurs, de l’occurrence des chasseurs seulement ou des caractéristiques de l’habitat sur la vulnérabilité du caribou à la chasse. Nous avons pu déterminer que les caractéristiques de l’habitat expliquaient mieux la distribution spatiale des mortalités de caribou à la chasse que le comportement de sélection d’habitat des caribous et des chasseurs. La vulnérabilité du caribou était plus grande près des infrastructures liées à la chasse sportive, telles que les camps et les routes, due à la forte pression de chasse près de ces infrastructures. Le caribou était aussi plus vulnérable sur les lacs, où il est facilement détecté par les chasseurs.

By:
**Sabrina Plante**, Christian Dussault, Steeve Côté
November 7, 2015, 1:40 pm to 2:00 pm
Hall: VCH 2860 Type: Paysage de la peur CH Bélisle
Causes and consequences of variation in reproductive timing in a food-caching, winter-breeding passerine
by **Shannon Whelan**, Dan Strickland, Julie Morand-Ferron, Ryan Norris
View Details Attend
 Attend Link

Causes and consequences of variation in reproductive timing in a food-caching, winter-breeding passerine

Phenotypic plasticity allows individuals to adjust reproductive timing in response to variation in the environment. We examined laying date plasticity in a population of gray jays (Perisoreus canadensis) that is experiencing declines linked to climate change. Gray jays are winter-breeders that rely on stored food during reproduction, a unique life-history context to study plasticity in reproductive timing. We used 38 years of individual-based reproductive data to evaluate individual and environmental causes of laying date plasticity, and assessed the effect of lay date on nesting success. We found that individual females were plastic, laying earlier in response to warmer pre-laying temperatures. Individual females responded similarly to temperature variation and advanced laying date at similar rates over their lifetimes. Males influenced female decisions to lay eggs but older males were more able to advance lay dates of their mates than younger males. Overall breeding attempts with earlier lay dates had higher reproductive success. Our results suggest that individual females adjust laying date in response to temperature, male age constrains female responses to temperature, and there is a selective advantage for earlier laying during winter.

By:
**Shannon Whelan**, Dan Strickland, Julie Morand-Ferron, Ryan Norris
November 7, 2015, 1:40 pm to 2:00 pm
Hall: VCH 2870 Type: Traits et histoire de vie CH Desrochers
     
1:50 pm      
2:00 pm La variabilité interindividuelle peut-elle mener à des conclusions erronées en sélection d’habitat?
by **Rémi Lesmerises**, Martin-Hugues St-Laurent
View Details Attend
 Attend Link

La variabilité interindividuelle peut-elle mener à des conclusions erronées en sélection d’habitat?

Les études menées à l’échelle de la population visent souvent à dégager des patrons généraux des relations faune-habitat. Lorsque considérée, la variabilité interindividuelle est le plus souvent incluse dans les analyses pour en contrôler l’effet. J’illustrerai les possibles erreurs d’interprétation de pareilles approches en utilisant un suivi à fine échelle de 22 ours noirs. Pour ce faire, des modèles mixtes ont été utilisés afin de contraster une approche populationnelle (coefficients moyens) et une approche individuelle (où les coefficients peuvent prendre des valeurs différentes selon l’individu). Ces coefficients individuels ont par la suite été mis en relation avec les caractéristiques intrinsèques (sexe, âge, condition physique, statut reproducteur) des ours suivis. La prémisse voulant que les individus d’une même population agissent de manière similaire n’a été vérifiée que pour 63% des variables. En effet, nous avons décelé des réponses fortes et opposées pour certaines variables qui ne semblaient pas avoir d’influence dans le modèle populationnel. Certains effets significatifs retrouvés dans le modèle populationnel camouflaient même des réponses divergentes, noyées par la composition de l’échantillon. Ces résultats mettent en lumière l’importance de considérer la variabilité interindividuelle afin de limiter l’obtention de résultats incomplets pouvant avoir des répercussions considérables dans la gestion de la faune.

By:
**Rémi Lesmerises**, Martin-Hugues St-Laurent
November 7, 2015, 2:00 pm to 2:20 pm
Hall: VCH 2830 Type: Sélection d habitat CH St Laurent
While female guppies freeze, male guppies show off: the effects of sex ratio and tempo of predation risk on mating competition
by **Pierre J-C. Chuard**, Grant E. Brown, James Grant
View Details Attend
 Attend Link

While female guppies freeze, male guppies show off: the effects of sex ratio and tempo of predation risk on mating competition

Recent work suggests that mating competition in both sexes in guppies depends primarily on operational sex ratio. However, the risk allocation hypothesis (RAH) predicts an increase in fitness-related activities in the absence of an acute predation threat in populations experiencing high versus low levels of ambient predation risk. The rates of intrasexual aggression are lower in high versus low ambient predation-risk populations in the absence of an imminent threat, suggesting that the predation-related costs of aggression are high enough to counter the prediction of the RAH. Here, we examined the impact of acute predation threats on patterns of mating competition. We explored the combined effects of acute predation, ambient predation, and adult sex ratio on mating competition in wild-caught Trinidadian guppies. Surprisingly, males favored courtship over forced mating under acute risk of predation, potentially taking advantage of the freezing behaviour of females to increase their reproductive success. Regarding aggression rates, both males and females exhibited a lower and non-proportional response to alarm cue. As expected, these trends were accentuated at high OSRs. These results highlight how guppies respond differently to a chemical rather than a visual acute threat, as well as the opposite sex roles attributed to males and females.

By:
**Pierre J-C. Chuard**, Grant E. Brown, James Grant
November 7, 2015, 2:00 pm to 2:20 pm
Hall: VCH 2840 Type: Sélection sexuelle et reproduction CH Garant
First observation of common raven predation on arctic fox pups
by **Sandra Lai**, Clément Chevalier, Dominique Berteaux
View Details Attend
 Attend Link

First observation of common raven predation on arctic fox pups

Predation pressure can strongly affect recruitment of juveniles, thus identifying correctly predator-prey relationships is crucial for understanding trophic interactions and population dynamics. Pup emergence from the den is a critical life history event since pups are highly vulnerable to predation at this stage. Using systematic den monitoring of an arctic fox (Vulpes lagopus) population through infrared automatic cameras, we captured a predation event by common ravens (Corvus corax) on arctic fox pups. The next day pups had emerged from their den, the complete litter of four was sequentially killed by a pair of ravens despite the intermittent presence of the mother. Although ravens are sometimes cited as potential predators of other canid species, this is the first time it was witnessed for arctic foxes. We explore the background context surrounding our observation and then discuss several potential consequences at the population and ecosystem levels. Ravens are highly innovative and can quickly spread new foraging techniques through social learning. In a time of rapid environmental changes, monitoring unusual predatory events such as the one observed here may help to understand the origin of new feeding habits.

By:
**Sandra Lai**, Clément Chevalier, Dominique Berteaux
November 7, 2015, 2:00 pm to 2:20 pm
Hall: VCH 2860 Type: Paysage de la peur CH Bélisle
Conséquence évolutive de la chasse sélective
by **Gabriel Pigeon**, Dave Coltman, Fanie Pelletier, Marco Festa-Bianchet
View Details Attend
 Attend Link

Conséquence évolutive de la chasse sélective

Le potentiel de la chasse sélective d'induire des changements évolutifs rapides est un sujet d'importance pour la conservation et la biologie évolutive, avec de nombreuses implications biologiques, sociales et économiques. Nous avons utilisé un modèle animal Bayésien pour analyser 39 années de changements phénotypiques sur la taille des cornes de mouflon d'Amérique (Ovis canadensis) soumis à une chasse au trophée intense entre 1972 et 1996, après quoi les récoltes ont presque cessées. Nos analyses ont révélé une baisse significative des valeurs de croisements pour la longueur des cornes de béliers au cours de la période de chasse intense. Nous n'avons trouvé aucune tendance temporelle pour les valeurs de croisements de la circonférence des cornes pour les femelles, tandis que la longueur des cornes des femelles et la circonférence des cornes des mâles, des traits génétiquement corrélés au trait sous sélection, montraient une faible tendance au déclin. La diminution des valeurs de croisements de la longueur des cornes mâle a arrêté, mais n'a pas été renversée, lorsque la pression de chasse a été considérablement réduite. Cette nouvelle analyse supporte à l'hypothèse selon laquelle la chasse sélective peut conduire à un changement évolutif indésirable et persistant dans les populations naturelles.

By:
**Gabriel Pigeon**, Dave Coltman, Fanie Pelletier, Marco Festa-Bianchet
November 7, 2015, 2:00 pm to 2:20 pm
Hall: VCH 2870 Type: Traits et histoire de vie CH Desrochers
     
2:10 pm      
2:20 pm Pause et session d'affiches Pause et session d'affiches Pause et session d'affiches Pause et session d'affiches   Session d'affiches 1
by SQEBC
View Details Attend
 Attend Link

Session d'affiches 1

La session d'affiche se déroulera dans le hall des salles 2800. Les affiches pourront être installées dès samedi matin.
Pour consulter la liste des affiches, simplement entrez ce lien dans votre navigateur web: https://www.bio.ulaval.ca/fileadmin/bio/documents/Affichesscientifiques_sqebc.pdf
In order to consult the list for posters, simply enter the following link in your web browser: https://www.bio.ulaval.ca/fileadmin/bio/documents/Affichesscientifiques_sqebc.pdf

By:
SQEBC
November 7, 2015, 2:20 pm to 3:20 pm
Hall: VCH Hall des salles 2800 Type: Affiches
 
2:30 pm    
2:40 pm    
2:50 pm    
3:00 pm    
3:10 pm    
3:20 pm Manipulation du compromis entre l'attrait de la ressource et l'appréhension du risque de prédation à l'aide de prairies artificielles afin d'augmenter la vulnérabilité du cerf de virginie à la chasse
by **Nicolas Houde**, Christian Dussault, Jean-Pierre Tremblay, Nelson Thiffault, Steeve Côté
View Details Attend
 Attend Link

Manipulation du compromis entre l'attrait de la ressource et l'appréhension du risque de prédation à l'aide de prairies artificielles afin d'augmenter la vulnérabilité du cerf de virginie à la chasse

L’utilisation d’un habitat par une proie, telle que le cerf de Virginie (Odocoileus virginianus), est souvent déterminée par le compromis entre l’attrait de la ressource et l’appréhension du risque de prédation. Dans le contexte de gestion des populations abondantes de cerf de Virginie, nous avons manipulé ce compromis en faisant varier la disponibilité des ressources alimentaires (prairies artificielles fertilisées ou non) et le paysage du risque (largeur du couvert forestier résiduel entre les prairies) afin d’augmenter l’utilisation du territoire par le cerf et sa vulnérabilité à la chasse sportive. Tel que prédit pour un milieu limité en ressources, les inventaires de fèces et les pièges photographiques ont révélé une plus grande utilisation des prairies fertilisées que témoins. Toutefois, la fréquence des cerfs vus par les chasseurs n’a pas varié selon les traitements. Les variations interannuelles de densité de cerfs, les caractéristiques individuelles du chasseur et la date à laquelle la chasse a lieu expliquaient davantage la vulnérabilité du cerf à la chasse. À moyen terme, la croissance de la végétation augmentera possiblement l’utilisation des prairies par le cerf et par conséquent, sa vulnérabilité à la chasse.

By:
**Nicolas Houde**, Christian Dussault, Jean-Pierre Tremblay, Nelson Thiffault, Steeve Côté
November 7, 2015, 3:20 pm to 3:40 pm
Hall: VCH 2830 Type: Conservation et gestion 1 CH Imbeau
Facing up to a difficult environment: Green sea urchins (Strongylocentrotus droebachiensis) alter their movement behaviour in response to actual current conditions and the presence of food
by **Katie MacGregor**, Ladd E. Johnson
View Details Attend
 Attend Link

Facing up to a difficult environment: Green sea urchins (Strongylocentrotus droebachiensis) alter their movement behaviour in response to actual current conditions and the presence of food

Many species use chemical cues from food resources or predators to orient. Given the importance of 'windfall' food inputs for green urchins (Strongylocentrotus droebachiensis) in barren grounds, we hypothesized that urchins would exhibit either kinesis (altered movement) or taxis (directed movement) in the presence of a preferred food, kelp. Individual urchins were observed using paired time-lapse sequences under measured flow conditions. We found that water movement has a significant effect on urchin movement while no evidence of taxis was observed. There were significant differences between treatments with and without kelp in several movement parameters, however, indicating that urchins do exhibit kinesis. Understanding how green sea urchins find 'windfall' food remains essential not only to our understanding of kelp-urchin dynamics, but also to our understanding more generally of spatially or temporally subsidized herbivore-plant systems.

By:
**Katie MacGregor**, Ladd E. Johnson
November 7, 2015, 3:20 pm to 3:40 pm
Hall: VCH 2840 Type: Mouvements CH Massé
La personnalité n’influence pas la dominance chez la mésange à tête noire.
by **Isabelle Devost**, Teri Jones, Julie Morand-Ferron
View Details Attend
 Attend Link

La personnalité n’influence pas la dominance chez la mésange à tête noire.

La dominance influence plusieurs aspects de la vie des animaux vivant en groupes sociaux, incluant l’aptitude phénotypique. Alors que la personnalité des individus semble correctement prédire le statut de dominance lors de rencontres entre dyades isolées en captivité, le portrait est moins clair au sein de groupes sociaux. Dans cette étude nous avons investigué la relation entre quatre traits de personnalité, soit l’exploration, l’activité, la néophilie ainsi que l’agressivité en main, et la dominance dans des groupes naturels de mésanges à tête noire (Poecile atricapillus). Les relations de dominance dans nos groupes hivernaux de mésanges étaient hautement transitives et asymétriques, ce qui est typique des hiérarchies de dominance linéaires. Nos résultats n’ont démontré aucune relation significative entre les traits comportementaux mesurés et le statut social. Ceci suggère que la personnalité ne contribue pas à l’établissement des hiérarchies de dominance chez la mésange à tête noire et que les attributs individuels ne sont pas suffisants pour expliquer la linéarité caractérisant plusieurs hiérarchies de dominance en nature.

By:
**Isabelle Devost**, Teri Jones, Julie Morand-Ferron
November 7, 2015, 3:20 pm to 3:40 pm
Hall: VCH 2860 Type: Personnalité animale CH Morand Ferron
Lien fonctionnel entre le risque de contact, la densité de congénères et la connectivité du paysage : le cas d’un hôte réservoir d’un variant du virus de la rage
by **Olivia Tarly**, Ariane Massé, Daniel Fortin, Fanie Pelletier
View Details Attend
 Attend Link

Lien fonctionnel entre le risque de contact, la densité de congénères et la connectivité du paysage : le cas d’un hôte réservoir d’un variant du virus de la rage

La transmission de pathogènes requiert souvent des contacts directs entre des individus hôtes infectés et sains. Les taux de contacts dépendent fortement des patrons de déplacement des hôtes dans le paysage car la connectivité fonctionnelle peut affecter les interactions entre individus. Cependant, peu d’études ont exploré le lien fonctionnel entre les taux de contacts, la densité d’individus et la connectivité du paysage. Nous avons développé un modèle spatialement explicite basé sur l’individu pour évaluer comment des règles empiriques de déplacement font émerger des patrons de contacts chez des individus hôtes. Nous avons simulé les déplacements de ratons laveurs, des hôtes réservoirs de la rage. Les simulations ont révélé trois patrons généraux dans les taux de contacts. Premièrement, une petite portion de ratons simulés était responsable de la majorité des contacts dans les paysages virtuels. Deuxièmement, les taux de contacts des ratons simulés augmentaient linéairement avec la densité d’individus plutôt qu’avec la proportion d’individus dans la plupart des paysages. Troisièmement, l’effet de la connectivité fonctionnelle sur les taux de contacts variait fortement en fonction des types de milieux et de leur disponibilité dans le paysage. Notre étude établit des relations fonctionnelles qui permettent d’ajuster l’efficacité d’interventions de contrôle aux changements environnementaux.

By:
**Olivia Tarly**, Ariane Massé, Daniel Fortin, Fanie Pelletier
November 7, 2015, 3:20 pm to 3:40 pm
Hall: VCH 2870 Type: Agents pathogènes CH Bergeron
     
3:30 pm      
3:40 pm Impacts des randonneurs sur le budget d'activité des caribous de la Gaspésie
by **Frédéric Lesmerises**, Chris J. Johnson, Martin-Hugues St-Laurent
View Details Attend
 Attend Link

Impacts des randonneurs sur le budget d'activité des caribous de la Gaspésie

La présence humaine en milieu naturel est souvent perçue par la faune comme un stress, voire comme un risque de prédation. Toutefois, ce dérangement crée également une zone relativement exempte de prédateurs qui semble parfois être utilisée par les ongulés pour se réfugier contre la prédation. Pour tester la prépondérance de ces deux réponses comportementales, nous avons observé différents caribous porteurs de colliers GPS dans le parc national de la Gaspésie, lors des périodes d’affluence de touristes en 2013 et 2014. L’analyse du budget d’activité a mis en lumière une différente prise de risque par les femelles de la population. Afin de subvenir à leurs fortes demandes nutritionnelles, les femelles accompagnées d’un faon passaient presque la moitié de leur temps en alimentation, sans égard pour le nombre de randonneurs ou la présence d’un sentier. Elles doublaient toutefois leur temps passé en vigilance lors des périodes de fort achalandage. Les femelles ayant perdu leur faon s’alimentaient moins régulièrement tout en privilégiant les secteurs à une certaine distance des sentiers. La nécessité de s’alimenter pour assurer une lactation adéquate semblait pousser les femelles à s’alimenter même dans des environnements plus stressants.

By:
**Frédéric Lesmerises**, Chris J. Johnson, Martin-Hugues St-Laurent
November 7, 2015, 3:40 pm to 4:00 pm
Hall: VCH 2830 Type: Conservation et gestion 1 CH Imbeau
Caribous, lacs et glace: Déplacements migratoires en Arctique dans un contexte de changements climatiques
by **Mathieu Leblond**, Martin-Hugues St-Laurent, Steeve Côté
View Details Attend
 Attend Link

Caribous, lacs et glace: Déplacements migratoires en Arctique dans un contexte de changements climatiques

Les changements récents dans la disponibilité et la phénologie de la glace sur les étendues d’eau arctiques pourraient influencer les déplacements des animaux terrestres. Entre 2007 et 2014, nous avons équipé 96 caribous migrateurs Rangifer tarandus de la population Rivière-aux-Feuilles, Nord-du-Québec (Québec, Canada) avec des colliers GPS et avons étudié leur utilisation de l’espace. Nous avons mesuré les variations contemporaines (images satellitaires MODIS mises à jour aux 8 jours, 2000˗2014) et historiques (observations annuelles, 1947-1985) de la disponibilité de la glace sur les lacs et les rivières du Nord-du-Québec et avons évalué la réponse comportementale des caribous à ces changements. Nous avons mesuré de faibles tendances dans la phénologie des glaces, suggérant que les étendues d’eau gelaient de plus en plus tard et fondaient de plus en plus tôt dans l’habitat du caribou. La glace augmentait la directionalité et les taux de mouvement des caribous, et ces derniers sélectionnaient la glace et évitaient l’eau libre lors de leurs déplacements. Les scénarios climatiques suggèrent que les caribous feront face à de moins en moins longues périodes de disponibilité de la glace dans le futur. Ceci risque de retarder leur migration, augmenter leurs dépenses énergétiques ou leur risque de noyade.

By:
**Mathieu Leblond**, Martin-Hugues St-Laurent, Steeve Côté
November 7, 2015, 3:40 pm to 4:00 pm
Hall: VCH 2840 Type: Mouvements CH Massé
Résistance des femelles dans un contexte de conflit sexuel : influence de l’environnement social ou personnalité animale ?
by **Maxime Pineaux**, Julie Turgeon
View Details Attend
 Attend Link

Résistance des femelles dans un contexte de conflit sexuel : influence de l’environnement social ou personnalité animale ?

Les études sur le conflit sexuel traitent bien plus souvent de l’agressivité des mâles que de la résistance des femelles. Chez les patineurs, les mâles harcèlent les femelles afin de s’accoupler, et les femelles tentent de leur résister. On sait que l’environnement social (sex-ratio) affecte le comportement reproducteur des deux sexes et que l’agressivité des mâles est un trait de personnalité. Qu’en est-il de la résistance des femelles ? En utilisant Gerris buenoi comme modèle, nous avions prédit que 1) la résistance est une propriété intrinsèque des femelles (personnalité), et que 2) la résistance est plastique selon l’intensité du conflit sexuel. Trois sex-ratios ont été utilisés pour créer différentes intensités de conflit. Nous avons observé 24 femelles pendant cinq jours dans chaque condition et nous avons estimé la résistance directe (lutte et fuite) et indirecte (par évitement). La résistance directe n’était pas répétable, mais diminuait avec l’intensité du conflit sexuel. Au contraire, la résistance indirecte était répétable et était influencée par l’expérience d’accouplement des femelles. Celles qui venaient de s’accoupler évitaient les mâles en allant à l’extérieur de l’eau. Toutes les femelles n’ont donc pas la même réponse face au harcèlement des mâles, ce qui souligne l’importance de s’intéresser aux deux sexes à la fois.

By:
**Maxime Pineaux**, Julie Turgeon
November 7, 2015, 3:40 pm to 4:00 pm
Hall: VCH 2860 Type: Personnalité animale CH Morand Ferron
La fluoxétine est-elle un bon candidat pour recréer le comportement d'un poisson parasité ?
by **Lucie Grecias**, Iain Barber, Nadia Aubin-Horth, Stephan Grambauer
View Details Attend
 Attend Link

La fluoxétine est-elle un bon candidat pour recréer le comportement d'un poisson parasité ?

Les épinoches infectées par le ver plat parasite Schistocephalus solidus ne montrent pas les réponses comportementales typiques à la présence de prédateurs. Ces changements ne se produisent que lorsque le parasite doit passer à son hôte final (un oiseau) pour se reproduire. De nombreuses études ont été faites sur ces changements comportementaux, cependant, nous ne savons pas si ceci est la conséquence du stress d'une infection parasitaire ou une modification moléculaire induite par le parasite. Afin d’y répondre, nous avons utilisé la méthode d'ingénierie phénotypique. On a comparé le comportement des poissons parasités avec ceux en qui ont été immergés pendant 72 heures avec différentes molécules: les lipopolysaccharides d'origine bactérienne, qui déclenchent une réponse immunitaire chez l'animal, et la fluoxétine, connue pour agir comme un inhibiteur sélectif du recaptage de la sérotonine. Comme autre traitement, les poissons ont été privés de nourriture pendant 72 heures afin d'augmenter leur consommation de nourriture. Sept tests comportementaux ont été faits : l'activité, la préférence à la profondeur, le test de la néophobie, la sociabilité, la préférence à l'intensité lumineuse, l'évitement des prédateurs et la témérité. La fluoxétine semble être un bon candidat pour recréer le comportement d’un poisson parasité.

By:
**Lucie Grecias**, Iain Barber, Nadia Aubin-Horth, Stephan Grambauer
November 7, 2015, 3:40 pm to 4:00 pm
Hall: VCH 2870 Type: Agents pathogènes CH Bergeron
     
3:50 pm      
4:00 pm collabOr: Estimation des populations d’orignaux de la Seigneurie de Beaupré par une approche de science collaborative
by **Dalie Côté-Vaillancourt**, Erling Johan Solberg, Jean-Pierre Tremblay
View Details Attend
 Attend Link

collabOr: Estimation des populations d’orignaux de la Seigneurie de Beaupré par une approche de science collaborative

En Amérique du Nord, l’inventaire aérien est la principale méthode d’estimation des populations de grands ongulés. Plusieurs juridictions, notamment les pays scandinaves ont adopté depuis plusieurs années une approche alternative moins dispendieuse faisant appel à l’enregistrement des observations quotidiennes des chasseurs pour faire l’état de leurs populations d’orignaux. L’application d’un protocole de science collaborative dans le contexte québécois présente de l’incertitude en raison des différences dans les modes de chasse et dans la culture. L’objectif du projet collabOr est d’évaluer le potentiel des données d’observations et de récolte d’orignaux recueillies par des chasseurs pour estimer la démographie des populations d’orignaux. Pour y arriver, nous avons perfectionné un protocole de saisie de données en vigueur depuis 1987 sur la Seigneurie de Beaupré et en avons fait la promotion auprès des chasseurs dans le but d’améliorer la base de données qui en résulte. Nous avons comparé les indices populationnels dérivés des données d’observations avec ceux estimés par deux inventaires aériens conduits sur la Seigneurie en 2004 et 2013. Le nombre d’animaux vus par unité d’effort est un indice qui nous permet de suivre une augmentation de la population d’orignaux similaire à celle enregistrée par inventaire aérien. Nous évaluons les limites du suivi des populations d’orignaux à partir des observations par les chasseurs, par exemple une sous-estimation systématique de la proportion de faons dans la population, et formulons des recommandations pour les gestionnaires de territoires exploités pour la chasse.

By:
**Dalie Côté-Vaillancourt**, Erling Johan Solberg, Jean-Pierre Tremblay
November 7, 2015, 4:00 pm to 4:20 pm
Hall: VCH 2830 Type: Conservation et gestion 1 CH Imbeau
Rien ne sert de courir : variation dans les stratégies de déplacement chez les tortues des Galápagos
by **Guillaume Bastille-Rousseau**, Jacqueline Frair, James Gibbs, Steve Blake
View Details Attend
 Attend Link

Rien ne sert de courir : variation dans les stratégies de déplacement chez les tortues des Galápagos

Les déplacements des animaux sont influencés par la structure de leur environnement, entrainant une grande variation dans les stratégies de déplacement observées en nature. Une première étape dans l’étude du déplacement animal est de caractériser les stratégies observées (ex. migration, dispersion, nomadisme, sédentarité). Pour certains animaux, ces différentes stratégies sont utilisées par des individus cohabitant à une fine échelle spatiale, permettant alors une compréhension plus approfondie des facteurs influençant le déplacement animal. Nous avons suivi le déplacement de 83 tortues géantes équipées avec un émetteur GPS depuis 2009 et habitant les îles Galápagos. Les individus suivis habitaient trois îles avec un environnement très différent. Nous avons développé une approche flexible basée sur un modèle bayésien avec variables latentes permettant non seulement de caractériser la stratégie de déplacement d’un individu, mais aussi d’identifier les différents « états » homogènes du mouvement de cet individu. Nous avons évalué la structure spatio-temporelle de la végétation et la température de chaque île et associé ces patrons avec la fréquence des différentes stratégies de déplacement. Nos résultats indiquent que la qualité et la prédictibilité de la végétation jouent un rôle crucial dans la présence de comportements migratoires versus les autres stratégies.

By:
**Guillaume Bastille-Rousseau**, Jacqueline Frair, James Gibbs, Steve Blake
November 7, 2015, 4:00 pm to 4:20 pm
Hall: VCH 2840 Type: Mouvements CH Massé
Restoring Atlantic salmon (Salmo salar) streams by adding structure: Implications of personality
by **Kathleen Church**, James Grant
View Details Attend
 Attend Link

Restoring Atlantic salmon (Salmo salar) streams by adding structure: Implications of personality

Differences in the behaviour of individuals, maintained across time and context, often reflect distinct underlying personalities that affect individual fitness. The costs and benefits of a particular behavioural trait, such as boldness or aggression, vary depending on the physical environment. Personality can also influence the relative impact of conservation initiatives. We consider whether the effective practice of adding physical structure to streams to increase salmonid density may have behavioural consequences, as open habitats that lack physical structure tend to favour individuals that are more bold and aggressive. Wild YOY Atlantic salmon (Salmo salar) were captured from habitats of varying physical complexity and placed into semi-natural stream enclosures for 11 days, where their behaviour was observed and tested in both open and complex environments. Fish were sequentially presented with a novel stimulus, a mirror, and two predator models, and their flight initiation distance (FID), latency to emerge, distance of emergence, and latency to return was recorded. Preliminary results show significant and repeatable differences among individuals in boldness, activity level, aggression, exploration and plasticity.

By:
**Kathleen Church**, James Grant
November 7, 2015, 4:00 pm to 4:20 pm
Hall: VCH 2860 Type: Personnalité animale CH Morand Ferron
Effet de l'intensification agricole sur l'immunité innée chez l’hirondelle bicolore
by **Clarence Schmitt**, Dany Garant, Fanie Pelletier, Marc Bélisle
View Details Attend
 Attend Link

Effet de l'intensification agricole sur l'immunité innée chez l’hirondelle bicolore

L'immunité représente un important mécanisme de défense de l’organisme contre les pathogènes et est intimement liée à l’aptitude phénotypique. Des études récentes ont souligné la variabilité inter-individus dans la réponse immunitaire mais l'implication des facteurs écologiques expliquant cette variabilité commence à peine à être identifiée. Par exemple, la détérioration des conditions environnementales liées à l'intensification agricole peut réduire les ressources disponibles et amener des compromis quant à l'énergie allouée aux différentes composantes de l'organisme, résultant en une plus faible réponse immunitaire. L’objectif était d’évaluer les effets de l'intensification agricole sur l’immunité innée d'une population d'hirondelle bicolore (Tachycineta bicolor) au sud du Québec. Ainsi, nous avons évalué la relation entre l’intensification agricole et la capacité du plasma à tuer des bactéries Escherichia coli. Nos résultats montrent que les individus capables de détruire la majorité des bactéries se retrouvent plus souvent dans les fermes intensives, ce qui était contraire à nos prédictions. Nos résultats suggèrent que les individus dans les fermes intensives doivent faire face à des conditions différentes qui nécessitent une réponse immunitaire accrue contre le type de bactéries testées. Notre étude fournit un nouvel aperçu des effets des activités anthropiques sur les fonctions immunitaire des animaux en milieu naturel.

By:
**Clarence Schmitt**, Dany Garant, Fanie Pelletier, Marc Bélisle
November 7, 2015, 4:00 pm to 4:20 pm
Hall: VCH 2870 Type: Agents pathogènes CH Bergeron
     
4:10 pm      
4:20 pm Évolution de la qualité d’habitat et de la cooccurrence du caribou de la Gaspésie et de ses prédateurs depuis 3 décennies
by **Mathieu Boudreau**, Luc Sirois, Martin-Hugues St-Laurent
View Details Attend
 Attend Link

Évolution de la qualité d’habitat et de la cooccurrence du caribou de la Gaspésie et de ses prédateurs depuis 3 décennies

La dégradation de l’habitat du caribou de la Gaspésie par l’aménagement forestier constitue un facteur important expliquant le déclin de cette population. Le rajeunissement des forêts résineuses matures, leur conversion en parterres mixtes et feuillus ainsi que l’expansion du réseau de chemins forestiers semblent soutenir l’augmentation du nombre et de l’efficacité des prédateurs que sont l’ours noir et le coyote. Notre projet visait à cartographier l’évolution de la structure et de la qualité de l’habitat ainsi que des patrons de cooccurrence des trois espèces entre 1980 et 2014. Nos résultats montrent une transformation importante de la matrice forestière qui a favorisé les prédateurs au détriment du caribou, particulièrement en périphérie du Parc National de la Gaspésie, une aire protégée créée entre autre pour conserver cette population en voie de disparition. Ces changements résultent principalement de la conversion de vastes forêts matures en jeunes peuplements fragmentés de superficies variables. Cette étude permet l’identification de parcelles d’habitat favorable au caribou qui doivent être protégées à l’extérieur du Parc National de la Gaspésie, de territoires à restaurer pour augmenter la qualité d’habitat pour le caribou et diminuer la cooccurrence, ainsi que de sites où le contrôle des prédateurs devrait se concentrer.

By:
**Mathieu Boudreau**, Luc Sirois, Martin-Hugues St-Laurent
November 7, 2015, 4:20 pm to 4:40 pm
Hall: VCH 2830 Type: Conservation et gestion 1 CH Imbeau
Seeing the unseen; Using accelerometers to investigate variation in behavioural time budgets
by **Emily Studd**, Andrew McAdam, Manuelle Landry-Cuerrier, Murray Humphries, Naomi Louchouarn, Stan Boutin
View Details Attend
 Attend Link

Seeing the unseen; Using accelerometers to investigate variation in behavioural time budgets

As the biologging revolution gains momentum in wildlife research, one data logger in particular is showing great potential for innumerable applications and is opening doors to previously unattainable data sets. This device, known as an accelerometer, measures the magnitude and direction of proper acceleration along multiple axes. When attached to wildlife, it can provide information on movement, activity, energy expenditure, and behaviour in fine detail over large temporal scales. Despite the great potential, there have, as of yet, been few applications of these devices on terrestrial wildlife for the measurement of animal behaviour. Over the past two years, we deployed accelerometers in combination with VHF collars on free ranging red squirrels in southwestern Yukon. Using focal observations for ground-truthing, we demonstrate how recordings from these devices can be calibrated to distinguish between behavioural states such as feeding and running, and then used to calculate individual time budgets. With the incredible detail provided from these biologgers, we show that red squirrel time budgets vary immensely between individuals and across seasons dependent on life history demands.

By:
**Emily Studd**, Andrew McAdam, Manuelle Landry-Cuerrier, Murray Humphries, Naomi Louchouarn, Stan Boutin
November 7, 2015, 4:20 pm to 4:40 pm
Hall: VCH 2840 Type: Mouvements CH Massé
Déterminants, sélection et héritabilité de la docilité chez le tamia rayé
by **Étienne St-Hilaire**, Denis Réale, Dany Garant
View Details Attend
 Attend Link

Déterminants, sélection et héritabilité de la docilité chez le tamia rayé

De nombreux traits de comportements montrent une variabilité individuelle et génétique importante malgré une sélection potentiellement forte agissant sur ceux-ci. Une des hypothèses suggérée pour expliquer le maintien de cette variabilité est que l’hétérogénéité spatiale et temporelle des conditions environnementales favoriserait différents phénotypes. Dans cette étude, nous avons analysé les déterminants de la variabilité de la docilité dans une population sauvage de tamias rayés (Tamias striatus). Nous avons premièrement quantifié la variation de ce trait et sa répétabilité entre différents contextes environnementaux. Ensuite, nous avons évalué l’importance relative des caractéristiques écologiques et individuelles en tant que déterminants de la docilité. Nous avons également estimé l’héritabilité et le lien entre la docilité et la survie des individus. Nos résultats montrent que le niveau de docilité est répétable et qu’il est affecté par l’âge, le sexe, la saison de capture et la densité de population. La docilité est aussi héritable et est sous sélection diversifiante pour la survie chez les adultes. Aucune sélection n’a été détectée pour les juvéniles. Notre étude confirme la présence de variabilité phénotypique et génétique de la docilité. La sélection diversifiante pourrait maintenir la variabilité de ce trait dans cette population.

By:
**Étienne St-Hilaire**, Denis Réale, Dany Garant
November 7, 2015, 4:20 pm to 4:40 pm
Hall: VCH 2860 Type: Personnalité animale CH Morand Ferron
       
4:30 pm        
4:40 pm     Assemblée générale
by SQEBC
View Details Attend
 Attend Link

Assemblée générale

Assemblée générale
Assemblée annuelle.

By:
SQEBC
November 7, 2015, 4:40 pm to 5:30 pm
Hall: VCH 2860 Type: Assemblée
       
4:50 pm            
5:00 pm            
5:10 pm            
5:20 pm            
5:30 pm Pause vers banquet Pause vers banquet Pause vers banquet Pause vers banquet      
5:40 pm      
5:50 pm      
6:00 pm      
6:10 pm      
6:20 pm      
6:30 pm      
6:40 pm      
6:50 pm      
7:00 pm             Banquet et animation
by SQEBC
View Details Attend
 Attend Link

Banquet et animation

By:
SQEBC
November 7, 2015, 7:00 pm to 11:00 pm
Hall: DKN Hall vitré Type: Banquet
7:10 pm            
7:20 pm            
7:30 pm            
7:40 pm            
7:50 pm            
8:00 pm            
8:10 pm            
8:20 pm            
8:30 pm            
8:40 pm            
8:50 pm            
9:00 pm            
9:10 pm            
9:20 pm            
9:30 pm            
9:40 pm            
9:50 pm            
10:00 pm            
10:10 pm            
10:20 pm            
10:30 pm            
10:40 pm            
10:50 pm            

Sunday, 8th November 2015

Time VCH 2830 VCH 2840 VCH 2860 VCH 2850 VCH Hall des salles 2800
8:30 am         Inscription et accueil 3
by SQEBC
View Details Attend
 Attend Link

Inscription et accueil 3

Veuillez vous présenter aux bureaux d'inscription qui seront installés dans le Hall des locaux 2800 (2e étage, pavillon Alexandre-Vachon).

By:
SQEBC
November 8, 2015, 8:30 am to 9:00 am
Hall: VCH Hall des salles 2800 Type: Inscription et accueil
8:40 am        
8:50 am        
9:00 am Vers un outil gratuit pour une identification acoustique automatisée et standardisée des chauves-souris en Amérique du Nord
by **Jean Marchal**, François Fabianek
View Details Attend
 Attend Link

Vers un outil gratuit pour une identification acoustique automatisée et standardisée des chauves-souris en Amérique du Nord

Le suivi acoustique est appliqué à l’étude de l'écologie et du comportement des chauves-souris insectivores grâce à leurs vocalisations. Les outils actuellement disponibles facilitent la collecte d’une quantité sans précédent d'enregistrements acoustiques. Des détecteurs à ultrasons sont typiquement employés pour enregistrer et stocker les cris d'écholocation des chauves-souris. Ces enregistrements sont ensuite traités pour en extraire et classifier les cris sur la base de leurs caractéristiques acoustiques et selon les procédures de classification disponibles. Extraire et classifier les cris automatiquement reste un défi et cette étape de traitement est extrêmement chronophage lorsque faite manuellement. Quelques programmes commerciaux permettent de réaliser ces tâches automatiquement mais les implémentations libres et publiquement disponibles restent difficiles à trouver.

By:
**Jean Marchal**, François Fabianek
November 8, 2015, 9:00 am to 9:20 am
Hall: VCH 2830 Type: Sensoriel et perceptions CH Humphries
Survie des juvéniles durant l’élevage chez la bernache du Canada (Branta canadensis maxima) nichant au sud du Québec
by **Amélie Fontaine**, Eric T. Reed, Jean Rodrigue, Jean-François Giroux
View Details Attend
 Attend Link

Survie des juvéniles durant l’élevage chez la bernache du Canada (Branta canadensis maxima) nichant au sud du Québec

Comprendre les différentes composantes de la dynamique des populations en croissance est essentiel à la gestion de ces ressources naturelles. Depuis le début des années 1990, une population de bernaches du Canada (Branta canadensis maxima) s’est établie dans le sud du Québec et a connu une forte croissance. Les objectifs de cette étude étaient d’estimer le taux de survie des juvéniles durant l’élevage chez cette population ainsi que d’évaluer l’effet de l’année, du site d’éclosion, des conditions météorologiques (température, précipitations, vent), de la date d’éclosion, de la taille de la couvée initiale et de l’âge de la mère sur le taux de survie. Les données obtenues par marquage-recapture entre 2005 et 2014 ont été analysées à l’aide de modélisations effectuées avec le programme MARK. La survie pré-envol variait entre 0.45 (IC 95% : 0.40 – 0.50) et 0.82 (0.65 – 0.91) selon les années et les sites d’éclosion. La date d’éclosion et la température ont une influence sur la survie des jeunes. Cette étude a permis d’approfondir les connaissances sur la dynamique de population de bernaches en milieu tempéré, ainsi qu’à développer une méthode innovatrice et robuste permettant l’évaluation de la survie pré-envol.

By:
**Amélie Fontaine**, Eric T. Reed, Jean Rodrigue, Jean-François Giroux
November 8, 2015, 9:00 am to 9:20 am
Hall: VCH 2840 Type: Dynamique de population CH Côté
Grouping patterns show subtle social structure in a species with strong fission-fusion dynamics
by **Wendy King**, Anne Goldizen, Graeme Coulson, Marco Festa-Bianchet
View Details Attend
 Attend Link

Grouping patterns show subtle social structure in a species with strong fission-fusion dynamics

Eastern grey kangaroos Macropus giganteus are gregarious, with females mostly philopatric and most males dispersing. Females are thus assumed to form kin clusters but details of associations among different sex-age classes in this species are largely unknown. We observed 153 marked kangaroos at Wilsons Promontory National Park, Australia. We examined relationships within and between six different sex-age classes using half-weight indices and lagged association rates. We found subtle social structure. Mean half-weight indices were similar within compared to between different sex-age combinations. For adult females, there was a weakly positive relationship between pairwise relatedness and dyadic half-weight indices but this effect disappeared after controlling for geographic distance or spatial overlap. Lagged association rates decreased exponentially only for adult males with adult females accompanied by young-at-foot in the breeding season. Most other lagged association rates decreased slightly in a linear fashion and few were constant. Although females without young-at-foot appeared to be more social than females with young-at foot, all associations among individuals were weak. Contrary to expectations, the social structure of kangaroos was not based on female relatedness at high density under strong fission-fusion dynamics.

By:
**Wendy King**, Anne Goldizen, Graeme Coulson, Marco Festa-Bianchet
November 8, 2015, 9:00 am to 9:20 am
Hall: VCH 2860 Type: Comportements sociaux CH Festa Bianchet
   
9:10 am    
9:20 am Role of underwater ambient sound on fish feeding activity in a shallow lake during winter
by **Irene Torrecilla Roca**, Pierre Magnan, Raphaël Proulx
View Details Attend
 Attend Link

Role of underwater ambient sound on fish feeding activity in a shallow lake during winter

Ambient sound is present in all terrestrial and aquatic ecosystems. Studies have shown how fish discriminate between particular sounds differing in amplitude and position in the water column, and how they use acoustic clues to navigate and track preys. However, little is known on the influence of the ambient sound on fish species behaviour. The lack of relationship between fish species sound production and detection indicates that other eco-acoustical drivers, besides sound communication, potentially drove the evolution of hearing specializations in fishes, suggesting that ambient sound may play a role in fish behaviour. We determined the relationship between underwater ambient sound, habitat physical and chemical characteristics and fish captures at a spatial and temporal scale. We conducted repeated surveys in a bay of Lake Saint-Pierre (St. Lawrence River, Canada) during two consecutive winters and fitted a generalized linear mixed-effects model to disentangle the roles of both underwater acoustics and habitat characteristics on fish communities. Our results show that yellow perch activity increases with the underwater ambient sound, and that ice thickness and atmospheric pressure are important drivers of ambient sound amplitude.

By:
**Irene Torrecilla Roca**, Pierre Magnan, Raphaël Proulx
November 8, 2015, 9:20 am to 9:40 am
Hall: VCH 2830 Type: Sensoriel et perceptions CH Humphries
Réduction expérimentale de la prédation et réponses démographiques des lemmings bruns dans le haut Arctique
by **Dominique Fauteux**, Dominique Berteaux, Gilles Gauthier
View Details Attend
 Attend Link

Réduction expérimentale de la prédation et réponses démographiques des lemmings bruns dans le haut Arctique

Les fluctuations cycliques des populations ont souvent été associées aux forces trophiques externes telles la disponibilité de la nourriture et la prédation qui varient dans le temps. Toutefois, il y un besoin critique d’expérimentations pour mieux déceler les relations de cause à effet entre les facteurs hypothétiques et les populations cibles. Dans le haut Arctique, les lemmings bruns fluctuent selon des cycles de 3-4 ans. En 2013, nous avons clôturé une superficie de 8 ha et l’avons coiffé d’un filet empêchant tout prédateur aviaire de pénétrer à l’intérieur. Nous avons piégé les lemmings à chaque été à l’intérieur de la clôture et à l’extérieur (i.e. site témoin) et avons mené des analyses de capture-marquage-recapture pour quantifier les changements démographiques. La démographie hivernale a été déterminée grâce aux nids d’hiver. Dès Juin 2014, les densités des femelles adultes et des juvéniles étaient plus élevées à l’intérieur de la clôture qu’à l’extérieur. Les taux de survie des lemmings étaient également plus élevés à l’intérieur de la clôture. Contrairement à nos prédictions, l’exclusion des prédateurs n’a eu aucun effet sur le taux de fécondité des lemmings, tant en été qu’en hiver. Nos résultats suggèrent donc une régulation multifactorielle des cycles des lemmings arctiques.

By:
**Dominique Fauteux**, Dominique Berteaux, Gilles Gauthier
November 8, 2015, 9:20 am to 9:40 am
Hall: VCH 2840 Type: Dynamique de population CH Côté
Social information transmission through foraging networks in wild black-capped chickadees
by **Theresa Jones**, Julie Morand-Ferron, Lucy Aplin, Isabelle Devost
View Details Attend
 Attend Link

Social information transmission through foraging networks in wild black-capped chickadees

Social information, acquired through the observation of others, has been documented in a variety of contexts. The transmission of social information relies on social connections, thus individuals may vary in their access to, and use of, such information. We used network-based diffusion analysis to examine if wild flocks of black-capped chickadees (Poecile atricapillus) utilise social information when locating novel foraging patches. Additionally, we incorporated individual traits (age, sex, dominance and exploratory personality) while examining flocks from rural and urban habitats to provide the first network-based analysis which considers the effects of both individual and habitat-level variables on the rate of information transmission. Social information transmission was found to occur in all flocks, with the order of discovery at novel foraging patches following network associations, as predicted. However, the only individual-level variable found to influence social transmission was dominance rank; dominant individuals had higher rates of information transmission than subordinates. We observed no effect of habitat type on the transmission of social information. Our results highlight the importance of considering social associations when examining social information use, and also suggest that dominant individuals have greater access to social information than more subordinate individuals.

By:
**Theresa Jones**, Julie Morand-Ferron, Lucy Aplin, Isabelle Devost
November 8, 2015, 9:20 am to 9:40 am
Hall: VCH 2860 Type: Comportements sociaux CH Festa Bianchet
   
9:30 am    
9:40 am À qui la victoire ? Personnalité et issue d'interactions agonistiques pour la défense et l'accès aux ressources chez le tamia rayé.
by **Charline Couchoux**, Dany Garant, Denis Réale, Maxime Aubert
View Details Attend
 Attend Link

À qui la victoire ? Personnalité et issue d'interactions agonistiques pour la défense et l'accès aux ressources chez le tamia rayé.

L'environnement social crée une dynamique complexe d'interactions entre les individus, qui se disputent notamment des ressources limitées via des conflits agressifs. L'issue de ces interactions agonistiques s'explique classiquement par la théorie des conflits, qui prédit une agressivité des compétiteurs dépendante de leurs potentiels de détention des ressources (RHP). Les stratégies agressives adoptées par les individus pourraient cependant avoir évolué en comportements individuels agressifs constants et donc représenter des différences de personnalité. C'est ce que nous avons étudié chez le tamia rayé (Tamias striatus), en observant les interactions sociales agressives ayant lieu entre différents individus marqués qui se disputent des ressources suppléées à différentes distances de leurs terriers. Une approche par modèles mixtes révèle que l'issue d'une dispute s'explique en partie par des différences de RHP, les individus les plus gros et propriétaires de territoire ayant plus de chance de gagner, mais une grande part de la variation des comportements agressifs est aussi due à l'identité des compétiteurs. Les individus diffèrent ainsi de manière constante dans leur tendance à vaincre un opposant et il existe également des différences individuelles de normes de réaction, suggérant que les individus sont plus ou moins flexibles dans leur agressivité en réponse à des changements d'environnement.

By:
**Charline Couchoux**, Dany Garant, Denis Réale, Maxime Aubert
November 8, 2015, 9:40 am to 10:00 am
Hall: VCH 2830 Type: Sensoriel et perceptions CH Humphries
Une cascade trophique simple qui lie la production de samares d'érable à sucre et la survie des nids chez un oiseau migrateur.
by **Marie-Line Fiola**, Marc-André Villard, Alizée Vernouillet
View Details Attend
 Attend Link

Une cascade trophique simple qui lie la production de samares d'érable à sucre et la survie des nids chez un oiseau migrateur.

Chez l’érable à sucre (Acer saccharum), la production de samares est variable et synchronisée à l’échelle régionale (c.-à-d. ressource pulsée). Nous avons testé l’hypothèse selon laquelle la production de samares à l’année t déterminera le taux de survie quotidien (TSQ) des nids d’oiseaux nichant au sol à l’année t+1 en augmentant l’abondance de rongeurs granivores, via une augmentation de leur taux de survie et de reproduction. De 2012 à 2015, nous avons estimé la densité de semis d’érable et l’abondance du tamia rayé (Tamias striatus) et nous avons suivi 53 nids de paruline couronnée (Seiurus aurocapilla) dans 4 sites de 25 ha chacun dans le nord-ouest du Nouveau-Brunswick. Nous avons observé d’importantes fluctuations interannuelles dans le nombre de semis et de tamias qui étaient hautement corrélées. De plus, TSQ semblait négativement proportionnel à l’abondance de tamias. Ainsi, lors des années de forte production de samares, on assiste à une cascade trophique ascendante reliant les samares, le tamia rayé et la paruline couronnée. Ces résultats nous laissent croire que nous serions en présence d’une chaîne trophique étonnamment simple pour un écosystème forestier tempéré.

By:
**Marie-Line Fiola**, Marc-André Villard, Alizée Vernouillet
November 8, 2015, 9:40 am to 10:00 am
Hall: VCH 2840 Type: Dynamique de population CH Côté
The time-frame and symmetry of reciprocal allonursing in reindeer, Rangifer tarandus
by **Sacha Engelhardt**, Øystein Holand, Knut H. Røed, Mauri Nieminen, Robert B. Weladji
View Details Attend
 Attend Link

The time-frame and symmetry of reciprocal allonursing in reindeer, Rangifer tarandus

Allonursing, the nursing of non-offspring, is a form of cooperative breeding. Reciprocal allonursing is hypothesized to occur when two females achieve a higher fitness when nursing each other’s offspring to a similar extent than when they do not share milk. When studying the exchange of behaviours, choosing an inappropriate time-frame for reciprocation could lead to finding inaccurate measures of the symmetry of reciprocation (i.e. the relationship between giving and receiving) or even to concluding erroneously on the absence of reciprocity (i.e. if the time frame chosen is too short and individuals have not yet reciprocated). The time-frame of allonursing reciprocation was investigated, and the symmetry of allonursing reciprocity was measured in reindeer, Rangifer tarandus. Twenty-five mother-calf pairs were observed for 10 weeks in 2012, and two groups of 8 mother-calf pairs were observed for 5 weeks. Observers recorded 1027 and 161 allonursing bouts in 2012 and 2013, respectively. Reindeer did not reciprocate within the same day, and the dyadic reciprocity index values increased over the observation days. The values of the symmetry of allonursing were similar in both 2012 and 2013.

By:
**Sacha Engelhardt**, Øystein Holand, Knut H. Røed, Mauri Nieminen, Robert B. Weladji
November 8, 2015, 9:40 am to 10:00 am
Hall: VCH 2860 Type: Comportements sociaux CH Festa Bianchet
   
9:50 am    
10:00 am Liens entre les contextes social et environnemental et la prise de risque des tamias rayés (Tamias striatus)
by **Jeanne Clermont**, Charline Couchoux, Denis Réale
View Details Attend
 Attend Link

Liens entre les contextes social et environnemental et la prise de risque des tamias rayés (Tamias striatus)

Chez de nombreuses espèces animales, les individus évaluent le niveau de danger d’une situation et ajustent leur prise de risque en conséquence, en devenant par exemple plus vigilants lorsque le risque s’accroit. Les contextes social et environnemental peuvent modifier la dangerosité d’une situation et donc influencer la vigilance. Nous avons testé l’effet de l’environnement social et des caractéristiques de l’habitat sur la prise de risque dans une population naturelle de tamias rayés (Tamias striatus). À l’aide d’une expérience de repasse sonore, la vigilance des tamias a été mesurée dans différents contextes : à l’entente de bruits ambiants naturels et à l’entente de cris d’alarme d’individus connus et inconnus. Lors des repasses de bruits ambiants naturels, les tamias sont plus vigilants dans un milieu ouvert et lorsque le couvert végétal est faible. Ces variables n’ont par contre pas d’effet sur la vigilance à l’entente de cris, les tamias ne semblent donc pas considérer le contexte environnemental en situation plus risquée. Cependant, le vent augmente considérablement leur vigilance, puisque le bruit du vent peut camoufler celui d’un prédateur. Finalement, les tamias réagissent de manière similaire à l’entente de cris d’individus connus et inconnus, ces deux contextes semblent donc être de dangerosité équivalente.

By:
**Jeanne Clermont**, Charline Couchoux, Denis Réale
November 8, 2015, 10:00 am to 10:20 am
Hall: VCH 2830 Type: Sensoriel et perceptions CH Humphries
The central-marginal hypothesis revisited: landscape structures mediate gene flow
by **Xavier Giroux-Bougard**, Albrecht Schulte-Hostedde, Jeff Cardille, Murray Humphries, Sophie Laurence
View Details Attend
 Attend Link

The central-marginal hypothesis revisited: landscape structures mediate gene flow

In widely distributed species, genetic diversity and genetic structures in populations are expected to vary with the configuration of landscapes and their relative positions in a species’ range. The central-marginal hypothesis states that at the periphery of a species’ range, genetic diversity within populations should be lower and genetic differentiation between populations should be greater relative to core populations. In this study, we revisit this hypothesis using landscape resistance models to account for the spatial patterns in habitats that influence the dispersal of a given species.

By:
**Xavier Giroux-Bougard**, Albrecht Schulte-Hostedde, Jeff Cardille, Murray Humphries, Sophie Laurence
November 8, 2015, 10:00 am to 10:20 am
Hall: VCH 2840 Type: Dynamique de population CH Côté
Activity budget and space use of zoo-housed Japanese macaques (Macaca fuscata)
by **Emily Anderson**, Patrick Paré, Robert B. Weladji
View Details Attend
 Attend Link

Activity budget and space use of zoo-housed Japanese macaques (Macaca fuscata)

Japanese macaques have been studied extensively in their natural habitat. However, little information is available regarding how zoo environments affect this species. With this in mind, this study was carried out to meet the following goals: 1) Determine the activity budget for two zoo-housed Japanese macaque troops; 2) Test the hypothesis that zoo-housed Japanese macaques make selective use of horizontal and vertical space within their enclosure; 3) Compare the activity budget of the zoo troops to wild and research populations. From July through October of 2014, behavioural and spatial data was collected through focal animal sampling and scan sampling, respectively, at the Zoo de Granby, Granby, QC. Vigilance was the predominant behaviour performed by both troops, followed by allogrooming in troop one, and self-grooming in troop two. Both troops spent the majority of their time in the area of the house structures and preferred to be either at ground level or 1.5 metres to 3 metres off the ground. The prevalence of anxious and tension-easing behaviours, as well as the lack of correlation between the activity budgets to those of the wild and research populations, suggests these macaques may perceive some degree of risk in the zoo environment.

By:
**Emily Anderson**, Patrick Paré, Robert B. Weladji
November 8, 2015, 10:00 am to 10:20 am
Hall: VCH 2860 Type: Comportements sociaux CH Festa Bianchet
   
10:10 am    
10:20 am Pause Café Pause Café Pause Café   Session d'affiche 2
by SQEBC
View Details Attend
 Attend Link

Session d'affiche 2

Pour consulter la liste des affiches, simplement entrez ce lien dans votre navigateur web: https://www.bio.ulaval.ca/fileadmin/bio/documents/Affichesscientifiques_sqebc.pdf
In order to consult the list for posters, simply enter the following link in your web browser: https://www.bio.ulaval.ca/fileadmin/bio/documents/Affichesscientifiques_sqebc.pdf

By:
SQEBC
November 8, 2015, 10:20 am to 11:00 am
Hall: VCH Hall des salles 2800 Type: Affiches
10:30 am  
10:40 am  
10:50 am  
11:00 am La malédiction maternelle neutralise la sélection naturelle dans une population humaine
by **Emmanuel Milot**, Alain Gagnon, Alan A. Cohen, Bernard Brais, Claudia Moreau, Damian Labuda
View Details Attend
 Attend Link

La malédiction maternelle neutralise la sélection naturelle dans une population humaine

La théorie évolutive prédit une accumulation de mutations délétères pour les mâles dans l’ADN mitochondrial qui est hérité par voie maternelle. Ce phénomène, connu sous le nom évocateur de « malédiction maternelle », joue possiblement un rôle important dans l’évolution de la fertilité et de la longévité des mâles. Son importance demeure toutefois méconnue et matière à débat. Nous démontrons ici que la malédiction maternelle est le mécanisme responsable du maintien, dans une population humaine préindustrielle, d’une mutation causant la neuropathie optique de Leber, une maladie neurodégénérative dont la pénétrance est fortement biaisée en défaveur des hommes. Les mâles porteurs de la mutation avaient un fitness beaucoup plus faible que les non-porteurs. Malgré cela, la fréquence de cette dernière à la fin de la période d’étude (1669-1775) était plus de deux fois plus élevée que celle attendue sans l’effet de la malédiction maternelle. De plus, l’effet sur le fitness masculin s’exprimait principalement par une forte augmentation de la mortalité infantile, 21% plus élevée chez les porteurs. Cet effet sur la mortalité n’a pas été rapporté dans la littérature médicale à ce jour. Nos résultats démontrent que la malédiction maternelle peut modeler le fitness dans les populations naturelles et que la biologie évolutive s’avère importante pour comprendre la prévalence des maladies dans les populations modernes.

By:
**Emmanuel Milot**, Alain Gagnon, Alan A. Cohen, Bernard Brais, Claudia Moreau, Damian Labuda
November 8, 2015, 11:00 am to 11:20 am
Hall: VCH 2830 Type: Évolution et génétique des populations CH Turgeon
L’union fait la force: Réduction de la susceptibilité au broutement du sapin baumier en présence de plantes accompagnatrices
by **Emilie Champagne**, Ben D. Moore, Jean-Pierre Tremblay, Steeve Côté
View Details Attend
 Attend Link

L’union fait la force: Réduction de la susceptibilité au broutement du sapin baumier en présence de plantes accompagnatrices

La sélection des ressources par les herbivores est déterminée en partie par la qualité nutritive des plantes. Le processus de sélection peut aussi être modifié par des caractères extrinsèques aux plantes, tel que la composition de la communauté végétale avoisinante, comme le suggère l’observation de plantes préférées non consommées à proximité de plantes évitées. L’objectif de cette étude était de déterminer si un voisinage composé d’espèces évitées ou de moindre qualité nutritive pouvait diminuer la susceptibilité au broutement du sapin baumier, dont la régénération naturelle est empêchée par le broutement du cerf de Virginie à l’île Anticosti. Peu importe l’identité de l’espèce accompagnatrice, un voisinage de tiges plus denses diminue le nombre de ramilles broutées sur les sapins. À l’inverse, une augmentation de la qualité nutritive des bouleaux blancs à proximité augmente la susceptibilité au broutement du sapin. Le type et la qualité des plantes accompagnatrices ont des effets additifs plutôt qu’interactifs sur la sélection par le cerf. Ces résultats vont contribuer à l’évaluation et à la détermination des stratégies de gestion à l’île d’Anticosti et dans les milieux avec de fortes populations de cerfs, en modulant, par exemple, les prescriptions de mise en terre de semis lors de la plantation.

By:
**Emilie Champagne**, Ben D. Moore, Jean-Pierre Tremblay, Steeve Côté
November 8, 2015, 11:00 am to 11:20 am
Hall: VCH 2840 Type: Sélection des ressources CH Mazerolle
Réponses comportementales du caribou forestier aux feux et aux coupes : Implications pour l’aménagement forestier écosystémique
by **Alexandra Pierre**, Dominique Arseneault, Martin-Hugues St-Laurent
View Details Attend
 Attend Link

Réponses comportementales du caribou forestier aux feux et aux coupes : Implications pour l’aménagement forestier écosystémique

L’exploitation des ressources naturelles a engendré de profondes modifications des paysages forestiers boréaux, générant des impacts majeurs sur la biodiversité. L’aménagement écosystémique est une approche proposée pour réduire les écarts entre les forêts aménagées et précoloniales, en s’inspirant des régimes de perturbations naturelles. Le caribou forestier, une espèce menacée, a évolué dans des paysages contrôlés par les feux et représente aujourd’hui un enjeu de conservation en Amérique du Nord. L’objectif de cette étude était de comparer les réponses comportementales du caribou face aux feux et aux coupes. Nous disposions de données télémétriques GPS de 24 caribous suivis entre 2005 et 2012 dans la région du Saguenay-Lac-St-Jean. Les différentes analyses ont démontré des différences dans la sélection d’habitat et l’utilisation de l’espace du caribou entre les coupes et les feux, suggérant que les coupes ne recréent pas des habitats similaires aux feux en regard des besoins du caribou. Les coupes avaient des impacts plus importants que les feux, et la densité de chemins avait un fort impact négatif sur le comportement du caribou. Cette étude soulève certaines questions quant à l’implantation de l’aménagement écosystémique et à son efficacité en regard de la conservation des espèces en péril comme le caribou forestier.

By:
**Alexandra Pierre**, Dominique Arseneault, Martin-Hugues St-Laurent
November 8, 2015, 11:00 am to 11:20 am
Hall: VCH 2860 Type: Conservation et gestion 2 CH Villard
   
11:10 am    
11:20 am Effets de l’hétérogénéité environnementale sur les patrons de sélection chez les oisillons hirondelles bicolores
by **Audrey Bourret**, Dany Garant
View Details Attend
 Attend Link

Effets de l’hétérogénéité environnementale sur les patrons de sélection chez les oisillons hirondelles bicolores

Malgré l’omniprésence de la sélection agissant sur des traits héritables en populations naturelles, les réponses évolutives prédites sont parfois absentes. Différents phénomènes peuvent expliquer ces stases évolutives, incluant la fluctuation de la sélection et de l’héritabilité des traits d’intérêts selon différents paramètres. Par exemple, les conditions environnementales hétérogènes peuvent affecter ces deux composantes et réduire notre capacité à prédire les changements évolutifs. De plus, l’importance de la sélection sur un trait et son héritabilité peuvent varier au cours de la vie d’un individu, une composante qui est rarement prise en compte. À l’aide des données d’un suivi à long terme de l’Hirondelle bicolore (Tachycineta bicolor) dans le sud du Québec, nous avons pu établir l’ampleur de la fluctuation dans la force de sélection dans l’espace pour différents traits morphologiques mesurés chez les oisillons à différents stades de leur développement. Ce système d’étude, suivi depuis 2004, est composé de 400 nichoirs répartis entre 40 fermes dans un paysage agricole fortement hétérogène. Nos résultats suggèrent que la force de la sélection fluctue à la fois avec l’âge des oisillons et leur environnement. Ces résultats contribuent à améliorer notre compréhension de l’effet de l’environnement sur les processus évolutifs chez des populations naturelles.

By:
**Audrey Bourret**, Dany Garant
November 8, 2015, 11:20 am to 11:40 am
Hall: VCH 2830 Type: Évolution et génétique des populations CH Turgeon
Ecosystem engineering by beavers increases species richness at multiple spatial scales
by **Lindsay Gauvin**, Daniel Gallant, Eric Tremblay, Nicolas Lecomte
View Details Attend
 Attend Link

Ecosystem engineering by beavers increases species richness at multiple spatial scales

By creating and maintaining heterogeneous habitats, some species have a disproportionate influence on ecosystems where they occur. Given the current extinction crisis, understanding the impact of these ecosystem engineers on biodiversity constitutes a priority. By cutting trees and building dam, beavers drastically modify riparian landscapes, and by doing so they were shown to increase herbaceous plant species richness in riparian landscapes. Here we tested the hypothesis that the spatial mosaic of habitats in succession resulting from ecosystem engineering by beavers, can increase animal biodiversity as well, and do so at the local and landscape scales. The study was conducted in Kouchibouguac National Park, New Brunswick, using camera-trapping techniques to document medium- and large-sized mammals in 2014 and 2015. The Morista-Horn similarity index indicate species overlap between engineered and unengineered patches, but most unique species (e.g. Bobcat, Coyote, Red fox, Muskrat) were found at engineered patches. As a result, species richness was higher in engineered patches than patches with no history of beaver occupation. Because of the association of unique species with engineered patches, ecosystem engineering by beavers increase species richness at the local scale and also promote higher species richness at the landscape scale even for species with high mobility.

By:
**Lindsay Gauvin**, Daniel Gallant, Eric Tremblay, Nicolas Lecomte
November 8, 2015, 11:20 am to 11:40 am
Hall: VCH 2840 Type: Sélection des ressources CH Mazerolle
La paruline à ailes dorées dans la Vallée-du-Haut-Saint-Laurent : De la recherche à la conservation
by **Simon Bédard**
View Details Attend
 Attend Link

La paruline à ailes dorées dans la Vallée-du-Haut-Saint-Laurent : De la recherche à la conservation

La paruline à ailes dorées est un passereau qui niche dans les parcelles d’habitat ouvert en régénération. Elle est considérée menacée depuis 2007. Depuis une vingtaine d’années, différents travaux ont été menés afin de mieux comprendre la dynamique des populations et les besoins d’habitat de cette espèce. Ces travaux ont alimenté l’élaboration de plusieurs documents visant sa conservation. Entre autres, le Programme de rétablissement d’Environnement Canada et le Plan de conservation du groupe de travail sur la paruline à ailes dorées identifient la population nicheuse de la Vallée-du-Haut-Saint-Laurent comme importante pour la stabilisation et le rétablissement des effectifs. En 2014-2015, le Regroupement QuébecOiseaux a développé un plan stratégique pour maintenir une certaine superficie d’habitat ouvert en régénération dans ce secteur cible. Un ensemble de sites prioritaires a été identifié en se basant sur le type d’habitat cartographié, le potentiel d’intervention ainsi que sur les rencontres réalisées avec les propriétaires et les intervenants des milieux agricoles et forestiers. Pour chaque site prioritaire, les menaces ainsi que les recommandations pour créer ou maintenir l’habitat propice ont été identifiées. La concrétisation de cette planification est maintenant entamée avec la collaboration d’intervenants clés.

By:
**Simon Bédard**
November 8, 2015, 11:20 am to 11:40 am
Hall: VCH 2860 Type: Conservation et gestion 2 CH Villard
   
11:30 am    
11:40 am You are what you eat: The role of humans in the evolution of Darwin’s finches
by **Kiyoko Gotanda**, Diana M. T. Sharpe, Luis F. De Léon
View Details Attend
 Attend Link

You are what you eat: The role of humans in the evolution of Darwin’s finches

Darwin’s finches of the Galápagos Islands are an iconic example of adaptive radiation where each species has evolved differently beak size and shape adapted to exploit different food resources. This allows the different species to feed on different food items. The evolution and maintenance of finch beak morphology is therefore highly dependent on the availability of native foods. However, the introduction of human foods, such as rice, potato chips and cookies, appears to be altering the evolution of Darwin’s finches. Specifically, beak size variation and bite force of finches near urban areas has been altered in comparison with less disturbed sites, coinciding with the hypothesis that the availability of human foods has weakened the selective pressures maintaining beak morphology in wild. Here, we experimentally test if this is due (1) the higher availability of human foods in urban areas (opportunistic feeding) and/or (2) a behavioral shift whereby urban finches are evolving to actually prefer human foods over native foods. We found that finches in areas with high human density preferentially fed on human foods over native foods. This finding helps explain how humans are affecting the evolution of Darwin’s finches and has important conservation implications.

By:
**Kiyoko Gotanda**, Diana M. T. Sharpe, Luis F. De Léon
November 8, 2015, 11:40 am to 12:00 pm
Hall: VCH 2830 Type: Évolution et génétique des populations CH Turgeon
Qu’est-ce que ça mange en hiver, un harfang des neiges?
by **Audrey Robillard**, Gilles Gauthier, Jean-François Therrien, Joël Bêty
View Details Attend
 Attend Link

Qu’est-ce que ça mange en hiver, un harfang des neiges?

Le harfang des neiges est un migrateur nomade. Peu d’études ont analysé l’écologie hivernale de ce prédateur Arctique, difficultés logistiques obligent. De récents suivis satellitaires ont cependant montré qu’une majorité de harfangs hivernait en Arctique, sur les côtes et sur la glace de mer, alors qu’une minorité séjournait dans les Prairies. Leur régime alimentaire pourrait ainsi différer grandement selon leur lieu d’hivernage (i.e. proies marines vs proies terrestres). Ce projet vise à évaluer l’importance des proies marines dans l’alimentation des harfangs des neiges en analysant les variations de signatures isotopiques à 3 niveaux : 1) intra-tissus (plumes), 2) inter-tissus (plumes et sang) et 3) interindividuel. Des analyses isotopiques de carbone et d’azote des plumes (n= 7 parties du corps) et du sang de 18 femelles harfangs capturées à 2 sites dans l’Arctique Canadien ont été effectuées. Des variations de signatures isotopiques interindividuelles et inter-tissus marquées ont été décelées, mais peu de variations intra-tissus (plumes). Nos résultats suggèrent que les plumes et le sang sont synthétisés à différentes périodes du cycle annuel ou à différents endroits et que les individus optent pour des stratégies hivernales diverses qui varient selon les années. Cependant, aucun patron de mue clair n’a été détecté.

By:
**Audrey Robillard**, Gilles Gauthier, Jean-François Therrien, Joël Bêty
November 8, 2015, 11:40 am to 12:00 pm
Hall: VCH 2840 Type: Sélection des ressources CH Mazerolle
Modifications d’habitats, orignaux, coyotes et ours noir : Comment s’emboite le tout pour menacer d’extinction une population de caribous
by **Jonathan Frenette**, Fanie Pelletier, Martin-Hugues St-Laurent
View Details Attend
 Attend Link

Modifications d’habitats, orignaux, coyotes et ours noir : Comment s’emboite le tout pour menacer d’extinction une population de caribous

La perte, la fragmentation et l’altération d’habitat sont fréquemment identifiées comme de grandes menaces à la biodiversité, induisant entre autres, des changements majeurs de structure et de composition des communautés fauniques ainsi que des interactions interspécifiques. En Amérique du Nord, les populations de caribou des bois souffrent des modifications de leurs habitats et la grande majorité de celles-ci sont en déclin. Il a été suggéré que la conversion des forêts matures en jeunes peuplements puisse avoir généré une augmentation des abondances d’autres cervidés, stimulant ainsi une réponse numérique des prédateurs et menaçant ultimement le caribou par un mécanisme de compétition apparente. Nous avons bénéficié d’un suivi de 30 ans de la population de caribous de la Gaspésie pour quantifier les changements induits par les modifications d’habitats dans les interactions interspécifiques. Le recrutement automnal de faons dans la population s’est avéré positivement corrélé à l’abondance régionale d’orignaux et d’ours noir mais négativement relié à l’abondance régionale de coyotes. L’augmentation d’abondance des coyotes dans la péninsule gaspésienne, stimulée par les modifications d’habitats, semble être le mécanisme responsable du déclin actuel du caribou de la Gaspésie. Nos analyses démontrent certains impacts des modifications d’habitats et la complexité des cascades trophiques qui en découlent. Nous proposons de développer un tel outil et en avons jeté les bases. Nous avons traduit une implémentation open source en R et adapté notre propre procédure de classification. Nous avons développé une interface web pour faciliter l’accès à cet outil. Nous souhaitons que cet outil devienne une référence de sorte que les identifications acoustiques puissent être standardisées et comparées entre études. Une implémentation open source encouragera l’examen par les pairs et conduira à des améliorations dans les procédures d'extraction et de classification.

By:
**Jonathan Frenette**, Fanie Pelletier, Martin-Hugues St-Laurent
November 8, 2015, 11:40 am to 12:00 pm
Hall: VCH 2860 Type: Conservation et gestion 2 CH Villard
   
11:50 am    
12:00 pm Que limite donc l’évolution du comportement? Point de vue de la génétique quantitative
by **Vincent Careau**
View Details Attend
 Attend Link

Que limite donc l’évolution du comportement? Point de vue de la génétique quantitative

La matrice de variance-covariance génétique (G) est un déterminant clé de la réponse évolutive à la sélection. Une question de longue date en génétique quantitative est à savoir comment G elle-même est influencée par la sélection. Or, notre compréhension de la dynamique évolutive de G est limitée à des traits morphologiques. Pour remédier à cette lacune, nous avons analysé un grand jeu de données issue d’une expérience de sélection artificielle sur un trait de comportement. Pendant 31 générations, l’activité locomotrice a été mesurée pendant 6 jours successifs sur 17328 souris réparties dans 4 lignées contrôles et 4 lignées sélectionnées. Considérant l’activité exprimée au cours des 6 jours comme une suite de traits génétiquement corrélés, nous avons constaté que G dans les lignées sélectionnées montre des niveaux beaucoup plus faibles de (co)variance génétique que dans les lignées contrôles. Ce changement est probablement dû à une altération dans la fréquence allélique. Bien que G a évolué en réponse à la sélection, ceci ne peut pas expliquer la « stase évolutive » observée à partir de la génération ~20. Ce jeu de données exceptionnel offre plusieurs autres opportunités afin de comprendre les facteurs qui limitent l’évolution du comportement (p.ex. conflit sexuel, variance intra-individuelle).

By:
**Vincent Careau**
November 8, 2015, 12:00 pm to 12:20 pm
Hall: VCH 2830 Type: Évolution et génétique des populations CH Turgeon
Influence des niveaux d’eau sur la distribution et la connectivité des habitats de reproduction du brochet
by **Marianne Bachand**, Anne Timm, Jean Morin, Julien Hénault-Richard, Sylvain Martin
View Details Attend
 Attend Link

Influence des niveaux d’eau sur la distribution et la connectivité des habitats de reproduction du brochet

Afin de comprendre l’impact de différents plans de régularisation (PR) des niveaux d’eaux (NE) sur le brochet (Esox lucius), nous avons développé des modèles d'habitat 2D pour trois stades de reproduction de cette espèce dans les lacs Rainy et Namakan situés à la frontière entre l’Ontario et le Minnesota. Un modèle théorique d’habitat de frai, basé sur la profondeur, le type de milieu humide et la présence de quenouilles a été développé. Ensuite, des données de présence de larves et de juvéniles ont été combinées à des variables environnementales (ex : la pente, l'énergie des vagues, etc.) pour créer des modèles d’habitats de ces deux stades à l’aide de régressions logistiques. L’habitat de frai est le plus sensible aux différent PR, tandis que les habitats des deux autres stades sont relativement abondants sous tous les PR. Par contre, les habitats associés aux différents stades de reproduction sont moins souvent connectés sous les PR que sous des NE naturels simulés. Ainsi, maintenir un haut NE après la fonte des glaces augmenterait la quantité d’habitat de frai et préserverait la connectivité avec les habitats des autres stades de reproduction du brochet dans la région, assurant ainsi un meilleur recrutement pour cette espèce.

By:
**Marianne Bachand**, Anne Timm, Jean Morin, Julien Hénault-Richard, Sylvain Martin
November 8, 2015, 12:00 pm to 12:20 pm
Hall: VCH 2840 Type: Sélection des ressources CH Mazerolle
Une comparaison de la distinction homme-animal des étudiants de biologie et de psychologie
by **Alexandre Gellen-Kamel**, Jacques Forget, Philippe Valois, Pier-Olivier Caron, Caroline Montigny
View Details Attend
 Attend Link

Une comparaison de la distinction homme-animal des étudiants de biologie et de psychologie

"La biologie accepte le lien évolutif qui unie l’homme aux animaux. Cela n’est pas toujours vraie en psychologie où, même si certains courants scientifique l’acceptent, d’autres la nient et distinguent l’homme de l’animal sur le plan ontologique.
L’objectif de l’étude est de comparer la distinction homme-animal des étudiants de biologie et de psychologie. La question se formule ainsi : est-ce que le rapprochement évolutif de l’homme et de l’animal se manifeste différement entre eux?
Les participants sont des étudiants de première année en psychologie de à l’Université du Québec à Montréal et en biologie à l’Université de Montréal. Un questionnaire d’une durée d’environ 15 minutes leur est administré. La distinction humain-animal est évaluée par 46 questions portant sur leurs croyances de l’existence de certains traits (e.g., rire, esprit, intelligence, personnalité, tempérament, âme, émotion, concept de soi, pensée, culture et cognition) partagés par l’homme et au moins un animal.
Les résultats montrent qu’il y a peu de différence entre les étudiants de biologie et de psychologie. Aucun des éléments ne permet d’identifier un trait exclusif à l’homme suggérant une continuité évolutive accepté par les deux groupes. Le peu de différences est probablement dû au peu de formation spécifique qu’ils ont reçu."

By:
**Alexandre Gellen-Kamel**, Jacques Forget, Philippe Valois, Pier-Olivier Caron, Caroline Montigny
November 8, 2015, 12:00 pm to 12:20 pm
Hall: VCH 2860 Type: Conservation et gestion 2 CH Villard
   
12:10 pm    
12:20 pm       Mot de clôture
by SQEBC
View Details Attend
 Attend Link

Mot de clôture

By:
SQEBC
November 8, 2015, 12:20 pm to 12:30 pm
Hall: VCH 2850 Type: Inscription et accueil
 

Legend

 Pause vers banquet Évolution et génétique des populations CH Turgeon Comportements sociaux CH Festa Bianchet Agents pathogènes CH Bergeron
 Paysage de la peur CH Bélisle Sélection sexuelle et reproduction CH Garant Sensoriel et perceptions CH Humphries Mouvements CH Massé
 Dynamique de population CH Côté Conservation et gestion 2 CH Villard Sélection des ressources CH Mazerolle Personnalité animale CH Morand Ferron
 Traits et histoire de vie CH Desrochers Conservation et gestion 1 CH Imbeau Sélection d habitat CH St Laurent Conférence plénière
 Assemblée Affiches    

Commanditaires